fbpx

Comment améliorer son regard à cheval ?

10h10

Vous avez tous, déjà une fois, fait l'expérience de regarder quelque chose en conduisant. Avez-vous remarqué la déviation de trajectoire qu'entraine votre regard au volant ? À cheval, il en est de même. Le regard a une influence particulièrement précieuse sur le changement du poids du corps sous votre selle. D'ailleurs, nous reconnaissons la grande valeur de l'anticipation du regard en concours pour faciliter les enchainements d'obstacles.

"Un regard est le reflet d'une pensée"

Mieux vaut prévenir que guérir

Il est important de regarder où l'on va dans la vie. Votre regard n'est que l'extension de votre pensée traduite par le mouvement de vos yeux, s'en suivant par celui de votre nuque. Quel message voulez-vous faire passer à votre cheval pour qu'il aille sur la bonne trajectoire dessinée dans votre tête ? Vous savez à l'avance quel chemin vous devez prendre alors facilitez la tâche à votre cheval pour qu'il puisse, lui aussi, comprendre où vous allez. Il n'est guère surprenant d'entendre dire que tous les chemins mènent à Rome, pour autant que le leader sache quel chemin est le plus court, le plus efficace et le plus adapté. Ainsi est votre objectif : savoir où vous allez. Concentrez-vous alors sur l'anticipation que vous avez autour de vous. Vous partez en balade sur un nouveau chemin, jamais emprunté auparavant, laissez parler votre intuition et observez combien vous serez beaucoup plus attentif sur un chemin que vous ne connaissez pas. Vous anticipez chaque possibilité de dangers ou autre situation qui pourrait nuire à votre paire durant votre paisible congé hebdomadaire. Pour toute discipline confondue : saut, dressage, attelage, reining, loisirs, randonnées, spectacle... il en est de même.

Oh la belle encolure !

Bien ! Vous êtes à cheval, vous travaillez en carrière, que voyez-vous ? Combien d'entre vous résume leur regard par un rectangle tout à fait insignifiant qui commence du garrot au haut des oreilles de votre cheval... "Regardez plus loin que le bout de votre nez". La définition du dictionnaire exprime celui qui "ne voit pas plus loin que le bout de son nez" manque de discernement et n'envisage pas les événements sur du long terme. Cette expression signifie que l'on manque de clairvoyance. En effet, le nez symbolise une distance courte, au sens de "prévision". Pour toutes ces raisons, je vous suggère grandement de lever un petit peu plus votre tête. et de créer un espace d'anticipation plus grand autour de vous quand vous êtes à cheval.

Sous le signe Balance

On dit souvent que l'équilibre se trouve dans l'oreille interne. C'est juste mais ce n'est pas le seul moyen de trouver l'équilibre. Deux autres facteurs en sont très proche. Premièrement, la ligne d'horizon par le regard et deuxièmement, le coccyx qui n'est autre que la fin de votre colonne balançant votre équilibre et qui, je le rappelle, est le seul moyen d'équilibrer le poids du corps pour certains animaux encore comme le kangourou. Laissons ces animaux en Australie, aujourd'hui, je m'attelle à plutôt vous parler de cette ligne d'horizon déterminée par le regard. Certaines personnes ont des vertiges en regardant le vide en-dessous d'elle. Pourtant il existe aussi des personnes qui ont des vertiges en contre-plongée, regardant le vide au-dessus d'elle, c'est-à-dire le ciel. C'est insensé, me direz-vous ! Bien au contraire, ça l'est de manière très logique d'ailleurs. La stabilité de votre corps dépend d'une ligne d'horizon que vous ordonnez par le chemin de votre vision à votre cerveau. La perte de cette ligne d'horizon dénote le code barre enregistré dans votre cervelet. C'est pourquoi, l'information de base n'étant pas décodée provoque un "bug informatique corporel". Votre cerveau ne voyant pas l'horizon, des vertiges s'en suivent, vous perdez l'équilibre. Quel est le lien avec cheval me demanderez-vous ? J'y viens.

La ligne d'horizon à cheval

Vous conviendrez que la ligne d'horizon de votre cheval n'est pas la même que la vôtre ! Le champ de vision chez l'équidé s'élève à 357°, tandis que chez l'être humain, il se résume à 190° voir 210° pour les plus avantagés. A cette première différence, s'en suit l'ajout de la hauteur. Il y a près d'un mètre de différence entre les yeux de votre cheval et vous quand vous êtes dessus. L'objectif étant de relier au maximum votre mouvement du regard par le déplacement de votre cheval, il est donc important de placer la bonne ligne d'horizon. Pour ce faire, je vous invite à placer une ligne d'horizon droite et imaginaire à hauteur de vos yeux qui représenterait le sol du paddock. En résumé, le sable devrait être devant vos yeux. Vous pouvez également vous imaginez dans le corps de votre cheval pour avoir la même ligne d'horizon. A partir de ce moment, mécaniquement votre tête se relève et vous n'avez plus " la tête dans le guidon" comme le dit si bien l'expression. Ainsi vos cervicales vous remercient de ne plus être en permanente en extension. Retenez ce jeu de mots : ext-tension... ABE.

Quelques centimètres qui changent tout

A partir du moment où vous décidez de relever votre regard ne serait-ce que de quelques centimètres, c'est toute votre posture qui se modifie. Votre tête se relève, votre menton s'octroie un léger avancement, vos épaules s'abaissent et vos omoplates protègent davantage votre tenue dorsale. Vous comprendrez l'importance du regard pour donner la direction de trajectoire correcte à votre cheval. Croyez-vous que c'est en regardant votre volant que vous allez mieux diriger votre voiture ? Allongez votre regard sur cet horizon imaginaire du sol sableux devant vos yeux pour permettre d'orienter au mieux votre anticipation. Par conséquent, vous vivez le moment présent et vous êtes totalement maître de votre trajectoire, ce qui vous permet de concentrer votre énergie sur un autre aspect à cheval comme celui de la force dans vos mains par exemple, dont j'éditerai prochainement l'article s'y référant.

Bonus

Pour celles et ceux qui seraient intéressés à approfondir le sujet, je vous invite à lire l'article du vétérinaire Monsieur Stéphane Montavon tiré du Bulletin 15 du 25 novembre 2013 "La santé du cheval dans le sport de saut : 2ème partie : la vue dont l'article figure sur son site internet : http://www.digne-coeur.ch/fr/Publications/Publications.html

En vous réitérant mes remerciements pour le suivi que vous m'accordez, je souhaite à toutes celles et ceux qui ont l'esprit ouvert pour se remettre en question de tester ces exercices au quotidien afin de profiter d'une meilleure qualité dans leur performance équestre.

Au plaisir de rendre votre paire aussi harmonieuse que vous souhaiteriez l'avoir/la voir.

Marie Debombourg, Co-fondatrice de l'Association Equi-libre dynamique, Massothérapeute équine et humaine, Analyste posturale cavalier-cheval

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page