fbpx

Comment améliorer sa main à cheval ?

Apparence trompeuse

La définition de cette expression promet une grande fermeté sous une douce apparence. La puissance de nos mains nous fait défaut. Nous connaissons tous quel est notre côté le plus fort, pourquoi ne pas développer celui qui est timide ? Parce qu'il est important dans la vie de concentrer notre regard sur nos atouts et non nos faiblesses. L'entraineur de Mohamed Ali disait qu'il valait mieux développer ses talents, ses dons et ses forces que d'essayer d'améliorer un côté faible qui le restera en tout temps. Toutefois, il est bon de rééquilibrer la balance de temps en temps sinon vous finirez comme RF avec un bras droit triplement volumineux à ne plus pouvoir entrer dans vos chemises de concours.

Droitier versus Gaucher

Commençons par le début ! Quelle est votre main directrice ? La droite pour la plupart d'entre vous ? Très bien, la majorité l'emporte, je commence par ce côté. Nombreuses sont les situations où nous devons nous servir davantage de notre main droite : le pommier de vitesse, le zip de la veste, l'ouverture des portes, la souris de l'ordinateur, le bouton de l'ascenseur et j'en passe. Pour nous droitier, c'est normal ! En revanche, quelle galère pour un gaucher! Ne serait-ce que pour découper une feuille, il faut des ciseaux spéciaux; pour jouer de la guitare, on doit la prendre dans l'autre sens; pour écrire au tableau, il faut s'armer de patience pour pas effacer au passage avec sa manche, bien plus de situations encore et j'en passe. Heureusement on monte à cheval depuis son côté gauche. Alors comment est-il possible d'être équilibrer à cheval sur les deux mains ? "Mon cheval est plus souple à droite!" Ah oui ? Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi ? "Sa crinière est à droite" Cherchez-vous à comprendre pourquoi ? Si la réponse est négative, je vous invite à faire monter votre cheval à un gaucher pendant un mois, vous verrez immédiatement la différence et vous vous remettrez en question.

Au service de l'équilibre

De part mon métier en qualité de massothérapeute équine, j'ai pu remarqué l'influence de la main du cavalier sur la bouche du cheval et plus particulièrement sur son ATM : articulation temporo-mandibulaire. La force que l'on détient entre nos doigts influence d'une conséquence majeure la tenue du mors en bouche. L'apprentissage d'un bon équilibrage de la force que vous avez manuellement et le doigté que vous possédez vous éviterait de changer de mors toutes les deux semaines. J'ai remarqué, après plus d'une année et demi d'analyses posturales de cavaliers droitiers, gauchers et ambidextres, que les répercussions sur l'ATM du cheval monté, varie en fonction de la main directrice de son cavalier. L'issu de ces analyses me permettent d'affirmer que les gauchers sont les meilleurs en termes d'équilibrage de la main. En effet, la qualité de leur doigté en terme de force, de positionnement, d'alignement et de poids est nettement supérieure à un droitier. Ces conséquences sont vérifiables par le niveau de sensibilité du cheval sur son ATM. La suite en découle par un meilleur assouplissement de l'encolure des deux côtés et la crinière qui s'en suit, dont on ne peut pas toujours généraliser, mais qui prétendrait être du côté le plus souple, le plus facile de votre cheval.

QCM et cas pratique

Pour savoir quelle est votre main directrice, vous pouvez répondre à plusieurs questions comme les suivantes : "De quel côté mon cheval s'incurve le plus ?" "De quel côté est sa crinière ? " "Quel est mon gant le plus usé ?" "D'après le dentiste, quel côté a besoin d'être limé?" "Est-il difficile de lui trouver un mors qui lui convienne ?" "Ai-je des douleurs dans les mains après avoir monté ? " Tant de questions qui méritent que l'on se penche plus longuement dessus afin d'améliorer au quotidien notre posture et aider au mieux la délivrance et la souplesse buccale de votre cheval. Pour vous aider, des exercices simples et quotidien peuvent clairement vous apprendre à équilibre vos deux mains. Tout d'abord, en longe d'assiette, fermez les yeux, travailler aux trois allures sans les étriers pour comprendre que quand on n'a plus de repères, on "s'accroche" aux derniers liens qui sont, à ce moment, les rênes. Et voici vos mains qui se lèvent ! Quel réflexe ! Oui... mais non ! C'est pourquoi il est important de faire cet exercice les yeux fermés avec une personne de confiance qui vous longe pour bien ressentir la différence dans les transitions surtout celles qui sont progressives (pas-trot et trot-galop). Exercez-vous, encore et encore, jusqu'à ce que vous ressentiez une progression dans le maintien de vos mains et l'équilibre que vous leur donnez en terme de force. "Rome ne s'est pas faite en un jour", votre idéal non plus. Qui a dit que personne n'était parfait ? Croyez-en vous, devenez le !

La bouche du cheval doit est maintenue en équilibre aux deux mains en toute subtilité sans avoir recours à la force.

Dans un objectif d'échange et de partage, je vous invite à essayer ce premier exercice qui sera l'initiateur d'une série dans un prochain guide puis de partager votre opinion et cet article via vos réseaux sociaux.

En vous réitérant mes remerciements pour votre fidélité dans le suivi des articles, je reste à disposition dans toute la Suisse romande pour les analyses posturales cavaliers-chevaux afin d'apporter à votre paire une harmonisation complète.

" Alliez confort et performance" MD

Marie Debombourg,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page