fbpx

Un cheval, un athlète, un préparateur physique

Sans blague !

"Ca existe comme métier ? Tu fais masser ton cheval ? Pourquoi faire ?" Nombreuses sont les questions comme celles-ci auxquelles je suis confrontée chaque jour.

Piqûres de rappel

Auriez-vous oublié les origines d’utilité du cheval ? On s’en servait pour aider aux champs, dans les vignes, pour tirer, tracter, débarder, atteler et j’en passe. De nos jours, même si le cheval est devenu l’acteur principal d’un sport à part entière (toutes disciplines confondues) plus qu’un outil de travail, il n’en reste pas moins que c’est un athlète. Et comme tout athlète qui se respecte, sa préparation physique est absolument primordiale. Tant pour la tenue musculaire que pour son endurance, dans l’unique but d’assurer une bonne performance à la compétitivité ou tout simplement de maintenir un niveau musculaire correct, votre monture appréciera d’avoir, de temps à autre, une séance de massage pour récupérer de ses efforts quotidien. Et vous, comment récompensez-vous la fidélité athlétique de votre cheval ?

"Cherchez le progrès, pas la perfection !"

Campagne électorale

Il ne s’agit pas de convaincre tout le monde, mais simplement de vous apporter une meilleure compréhension de l’utilité d’un massage pour votre cheval. Comparez-le à vous-même ! Ne vous vous êtes pas déjà dit combien vous aimeriez vous faire masser pour enlever vos tensions ? Vous allez déjà chez le physiothérapeute pour rééducation, remise en forme ou suivi thérapeutique. Il en est de même pour votre cheval. Pensez-vous que de lui offrir une séance d’ostéopathie par année est suffisante pour toute la saison de concours que vous faites de mars à octobre ? Comme tout le monde, vous souffrez certainement de maux de dos, de nuque ou d’épaules. Mais il en est d’autant plus douloureux lorsque la clavicule a été cassée, les ligaments croisés du genoux touchés ou encore des vertèbres décalées. Que faites-vous pour y remédier ? Avez-vous déjà essayé de vous faire masser correctement ? Quand je parle de massage, je pense surtout à un type de massage bien précis, celui qui résout les maux par un biais thérapeutique, très différent d’un simple massage relaxant que vous feriez au bord de la mer en vacances.

Puzzle anatomique

Dans un premier temps, il est essentiel de connaître parfaitement l'anatomie de l'animal en question. Avez-vous déjà pris le temps de vous renseigner, un temps soit peu, sur la structure osseuse, musculaire ou nerveuse de votre cheval ? Savez-vous qu'il compte plus de 469 muscles, soit 50% de son poids et 205 os qui équivaut à 8% de son poids. Comprenez-vous maintenant pourquoi il est important de prêter une attention particulière à la qualité musculaire de votre monture ? Le cheval n'a pas de clavicule. Cette information change radicalement sa manière de tenir son épaule. En effet, les liens musculaires se font grâce aux tendons et ligaments qui englobent la structure osseuse de la scapula (épaule). Toutefois, il est d'autant plus important d'amplifier la musculaire pectorale et abdominale afin de tenir correctement les attaches scapulaires et thoraciques.

« Dans la vie il ne suffit pas d’être bon, il faut être meilleur que l’adversaire ! » MD

Protocole et bienfaits

Le massage thérapeutique équin est une approche très différente. Celui que je pratique consiste à travailler par le biais des terminaisons nerveuses et des jonctions musculaires pour libérer le maximum de tensions liées aux blessures ou à une mauvaise posture. Gardez en tête que chaque tension, aussi minime quelle soit, peut engendrer un nœud nerveux sur toute la chaîne musculaire associée. Souvenez-vous, dans l’anatomie équine, toute comme la votre, tout est lié. Lorsque le nerf sciatique est touché, ce sont les fessiers, les fascias lata, les ligaments rotuliens, les jarrets, les attaches ligamentaires de la pointe de la hanche qui sont touchés. Quoi de mieux qu’une séance de massage thérapeutique pour libérer ce tas de nœuds ? Le massage permet d’avoir une approche douce dans la démarche d’une médecine alternative n’entravant en rien une manipulation ostéopathique. Il permet également d’additionner une méthode thérapeutique, comme celle que je pratique, avec l’utilisation du système nerveux comme support à la libération des tensions musculaires. Toutefois, pour ce faire, il est essentiel de bien connaître l’impact d’un toucher superficiel ou profond et quels sont les effets secondaires. En règle générale, les chevaux réagissent très bien et apprécient volontiers un toucher plus appuyé. Plus la masse musculaire sera détendue, plus l’effet escompté se trouvera amplifié. Combien de temps résistez-vous avant d’avoir réellement mal ? Pourquoi attendre si longtemps alors que le proverbe « mieux vaut prévenir que guérir » est encore inscrit dans les mœurs, et ce pour un certain temps encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page